Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Malicorne

Le blog de Malicorne

Journal d'un citoyen français, militant de la vie et de la liberté


Appel à l'exodialogue

Publié par Bernard Maillard sur 28 Février 2014, 11:46am

Catégories : #Exodialogues

Ouverture d'une nouvelle rubrique, "exodialogues" , pour proposer et promouvoir une démarche de dialogue avec des civilisations extraterrestres qui pourraient être déjà présentes sur Terre. Fait référence à l'exotisme, du grec exôtikos, étranger, et à l'exobiologie qui est la science qui étudie les possibilités d'existence de vie dans l'univers.

Un récent échange avec une relation de confiance et de vieille date me ré-interpella sur les ovnis, objets volants non identifiés. Il avait été témoin, il y a quelques années, avec sa femme et sa belle mère, d'un phénomène volant inexpliqué en pleine journée à la campagne. Ils l'observèrent durant plusieurs minutes à quelques kilomètres. C'était un cylindre marron de la forme d'un cigare d'une vingtaine de mètres. Il s'éleva soudain sans bruit et à très vive allure. Ils ne souffraient d'aucune hallucination particulière.

En France, le sujet des OVNIS demeure à l'état de veille. Le dernier rapport public sur le sujet est le rapport COMETA remis au Gouvernement de l'époque en 1999. Ce rapport relate de nombreux témoignages de phénomènes inexpliqués issus de personnes très diverses. Il demeure disponible sur le site internet du CNES (Centre National d'Etudes Spatiales). http://www.cnes-geipan.fr/

Ce site recense les phénomènes aériens étranges observés tant par des professionnels, pilotes, marins, personnel navigant, que par le grand public. Après une recherche approfondie des causes, une fois écartés les vols identifiés ultérieurement et les phénomènes naturels reconnus, vingt pour cent des observations collectées demeurent à ce jour inexpliquées. Le volume de celles-ci peut se chiffrer chaque année en plusieurs dizaines et elles sont assez réparties sur l'ensemble du territoire français.

L'hypothèse d'une présence extraterrestre à travers l'un de ces phénomènes inexpliqués peut ne pas être considérée comme complètement absurde. L'immensité de l'espace qui nous entoure, plus de 10 puissance 100 étoiles, nous conduit en effet à ne pas écarter l'hypothèse d'autres mondes civilisés autour de nous.

De très nombreuses questions surgissent si nous retenons une telle hypothèse. Elles nécessitent alors une démarche de méthode afin de ne pas se disperser dans les délires les plus fous et pour permettre l'ouverture d'un dialogue.

D'où cette méthode pour l'exodialogue qui repose en dix points:

1/ Recueillir les faits, les consolider, recouper toute information avant d'avancer une hypothèse. Garder en toute circonstance une attitude scientifique ouverte, rigoureuse, interrogative et prudente.

2/ Admettre que la réalité puisse largement dépasser la fiction. Considérer dans le même temps que toute nouvelle situation, non connue précédemment, peut être accessible, au moins en partie, à notre compréhension humaine, notamment pour ce qui concerne la recherche et l'identification des causes premières, et la description des phénomènes.

3/ Placer le champ du spirituel et du merveilleux dans une dimension au-delà de notre espace réel accessible à nos sens physiques. Admettre dans le même temps en conséquence que le merveilleux dans l'éternité des temps concerne aussi bien nos civilisations terrestres que les autres.

4/ La multitude des témoignages terrestres conduit à émettre l'hypothèse qu'une ou plusieurs civilisations extraterrestres ont déjà manifesté leur présence sur Terre. Il convient en conséquence de poser et garder ouverte la question de la finalité poursuivie par une telle présence: ouverture au dialogue et bienveillance pacifique? Curiosité et observation scientifique de la Terre ? Transformation de la Terre en laboratoire expérimental, en "réserve d'Indiens"? Exploitation voire colonisation de la Terre ? Recherche d'un refuge voire d'un retour aux sources?

5/ Quel peut être alors leur intrusion dans nos systèmes de gouvernance de nos Etats et entreprises? Dans le quotidien de nos vies? Gardons nous notre pleine liberté de pensée, de rêve et d'action? Considérons à ce stade que la liberté de pensée demeure un élément vital fondamental pour nous et que le fait de considérer l'existence ou non de telles civilisations, présentes ou non sur Terre, en l'absence de faits consolidés, relève de la pleine liberté individuelle de chacun.

6/ La présence cumulée de différentes civilisations peut conférer à la Terre un rôle de lieu de partage d'exploration, voire potentiellement de champ de guerre d'influence, ou de guerre d'invasion tout court, entre ces civilisations externes qui peuvent venir d'origine très divers des confins de l'univers et qui peuvent avoir des intentions très diverses. De telles hypothèses doivent pouvoir également être prises en considération. Une civilisation extraterrestre peut en cacher une autre.

7/ La capacité de contrôle des transits d'information et de données par une hyper puissance, révélée par le scandale NSA aux Etats Unis d'Amérique - mais cela pourrait concerner également la Chine ou la Russie ou toute autre grande puissance - leur attribue un rôle particulier. Par cette méga capacité de contrôle des flux d'informations, de telles grandes puissances disposent d'informations privilégiées. L'esprit de concurrence, voire de volonté de domination sur le reste des nations qui pourrait les animer, peut les conduire à écarter tout partage d'information disponible sur la présence de civilisations extraterrestres.

De fait les plus grandes puissances ne partagent rien à ce jour, dans l'optique vraisemblable de vouloir maintenir leurs rangs d'hyper puissance. Elles peuvent aussi avoir potentiellement l'ambition de vouloir jouer le rôle d'intermédiaire unique, de guichet unique, et ce afin de mieux consolider leur propre domination sur Terre.

Aussi, le détournement de l'information disponible peut être initié entre terrestres à des fins court-termistes de maintien d'un monopôle ou d'un oligopole sur Terre. La diversité de la vie et la liberté de pensée demeurent cependant un bien commun inaliénable. Leur pérennité rend de fait caduque le maintien sur la durée du silence de tels monopoles ou oligopoles qui disparaitront à terme par leur attitude fermée sur laquelle ils auraient voulu bâtir leur puissance.

8/ La présence sur Terre d'autres civilisations requiert un degré nettement plus avancé que le notre sur le plan scientifique et technologique. En effet, nous ne concevons qu'à peine de pouvoir ne serait-ce que visiter notre système solaire, encore moins notre galaxie.

Le dialogue avec ces civilisations nous ouvrira à de nouvelles connaissances scientifiques. Cela confirme toute l'importance d'une attitude ouverte mais sans concession sur une démarche sicientifique robuste, rigoureuse, interrogative et prudente.

Compte tenu du fossé énorme qui sépare notre niveau actuel de connaissance et celui de ces civilisations, notre démarche scientifique doit être associée à une démarche de responsabilité éthique. En effet l'accès rapide à de nouvelles connaissances scientifiques peut être un outil de concentration de pouvoir redoutable qu'il convient de pouvoir moduler par des contre pouvoirs ad hoc. L'histoire nous rappelle ô combien une concentration de pouvoirs excessive peut conduire à l'horreur et à la destruction. Science sans conscience n'est que ruine de l'âme, comme nous l'enseignait Rabelais. C'est toujours plus que jamais d'actualité.

Les nouvelles connaissances porteront sur la description de l'univers, la cosmologie, la description des forces élémentaires, la nature de la matière, de l'énergie, de la vie.

La prise en compte de ces nouvelles connaissances est d'autant plus nécessaire que nous franchissons aujourd'hui sur Terre sans grande précaution de nouvelles étapes, avec notamment des expérimentations nouvelles sur la vie ( expérimentations sur les cellules souches, clonage d'organes et d'organismes, mécanisation de la reproduction, ...). Les phénomènes élémentaires sous-jacents et secondaires ne sont pas clairement établis et explorés dans une approche scientifique graduée, publique et partagée. Ceci interroge directement sur les conséquences potentielles de telles expérimentations aujourd'hui poussées par une demande sociétale individualiste et court-termiste, amplifiée par des concentrations de puissances financières de plus en plus occultes.

La robustesse des hypothèses et des modèles scientifiques pris en compte dans les démonstrations de sûreté pour les installations nucléaires, et plus largement pour toute industrie à risque ou choix technologique, appelle également la prise en compte des dernières connaissances scientifiques disponibles.

9/ Les civilisations potentiellement présentes sur Terre sont discrètes et ne cherchent pas aujourd'hui à entrer en contact avec la population. Leurs raisons leur appartiennent. Mais pour assurer cette discrétion, leur recueil d'observation doit être large.

La prise de conscience, la vigilance et la prise en compte généralisée par nous terrestres de cette posture d'observation conduira inéluctablement à la révélation de celle-ci, et en conséquence à la confirmation de la présence elle même de ces civilisations qu'il nous faut savoir anticiper et préparer.

Une attitude ouverte d'accueil et de dialogue de notre part, mais sans concession sur le respect de nos fondamentaux, liberté de pensée et respect de la diversité de la vie, s'impose alors.

Elle nous permettra d'affirmer et de faire vivre, en toute confiance et en vérité, l'ambition de paix, de liberté, d'entre aide et de partage, de bonheur et d'amour que nous avons pour toute civilisation, pour la notre comme pour toute autre civilisation au sein de l'univers.

10/ L'attention nouvelle portée à ces civilisations ne doit en aucun cas nous détourner de l'attention sur nos difficultés quotidiennes rencontrées sur Terre, famine, maladie, chômage, guerres, pollutions, discriminations, exclusions, déconsidérations de la dignité humaine...Elle ne doit en aucun cas justifier une fuite en avant, à accepter le fatalisme, à renoncer à nos propres responsabilités quotidiennes, dans le respect du bien commun, de la vie et des libertés individuelles et collectives.

Navigation dans le Golfe du Bengale, au large des îles Andaman, août 2013

Navigation dans le Golfe du Bengale, au large des îles Andaman, août 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bernard Maillard 16/03/2014 13:00

La disparition sans explication à ce jour du vol de Malaysian airlines MH370, le 8 mars 2014, confirme l'importance d'une telle démarche d'exodialogue.
Compte tenu de l'intérêt général, la démarche d'exodialogue doit être publique, ouverte au dialogue, transparente, collective, portée d'abord par les Pouvoirs Publics, associant l'ensemble des parties prenantes publiques et privées, et concertée, à l'échelle internationale, et non une démarche d'aventureux solitaire.
La France, disposant d'une forte expertise aérospatiale, troisième puissance maritime mondiale avec une zone maritime de 11 millions de km2, présente sur l'ensemble des océans et en relation avec tous les continents, et ayant mis en place l'un des rares dans le monde organismes publics de recensement des phénomènes aériens non identifiés, le GEIPAN, rattaché au Centre National d'Etudes Spatiales, a la responsabilité de devoir prendre des initiatives en faveur d'une telle démarche au niveau international.

Bernard Maillard 07/03/2014 23:28

Parmi les centaines d'évènements recensés par le GEIPAN du CNES, j'ai relevé le black out (perte de réseau électrique) à San Carlos de Bariloche, en Argentine, à l'été 1995. Lors de l'approche pour atterrir, un Boeing 727 d'Aerolineas Argentinas, a dû entreprendre une manoeuvre de sauvegarde pour éviter la collision avec un OVNI. Dans le même temps, la ville et l'aéroport ont perdu leur réseau d'alimentation électrique.
Comme un centre de recherche nucléaire et aérospatiale est situé dans cette ville, on peut émettre deux hypothèses: soit certains sur terre expérimentent des dispositifs nouveaux de défense voire d'attaque. Soit nos compères extraterrestres s'intéressent de très près à nos centres de recherche.
Au-delà du contrôle des réseaux électriques et des informations sur les réseaux internets et de télécommunications que de tels événements peuvent révéler, on peut aussi s'interroger sur l'impact potentiel sur nos propres réseaux électriques internes, dans le cerveau et nos systèmes nerveux, avec une mainmise potentielle sur le contrôle des flux, voire la nature même des informations. Et donc l'intrusion dans nos rêves et nos pensées. Sans attendre les extraterrestres, nous savons que la propagande et l'imposture existent déjà. La liberté de pensée n' pas fini d'être potentiellement menacée. Sachons l'exercer pleinement pour développer l'acte de résistance et de survie dans ce monde incertain.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents