Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Malicorne

Le blog de Malicorne

Journal d'un citoyen français, militant de la vie et de la liberté


choisir la liberté et la paix, non le chaos

Publié par Bernard Maillard sur 8 Mai 2014, 11:18am

Catégories : #politique

Les crises qui n'en finissent plus en se multipliant, Syrie, Ukraine, Irak, Printemps Arabe, terrorisme islamique, Mali, Centre Afrique, Somalie, Soudan, effet de serre, crises financières des dettes souveraines,... sont elles des précurseurs d'un chaos plus global , d'un monde de plus en plus brutal?

Dans le même temps, la déstructuration des puissances publiques, avec dilution des pouvoirs publics dans une sphère plus large, Europe dérégulée, accord de libre échange en cours de discussion, sans publicité, entre Europe et Etats-Unis d'Amérique, endettements publics excessifs, mondialisation des entreprises de communication et de propagande, ne serait elle pas la préfiguration d'un nouvel ordre mondial dont les intérêts et finalités ne seraient pas à ce stade ni clairement révélés, ni exprimés? Serait-elle la préfiguration d'un totalitarisme potentiellement violent, liberticide et oppressif?

Certains ne soutiennent-t-ils pas l'idée de la prochaine arrivée d' un chaos global pour accélérer l'entrée dans une crise aigüe imposant des régimes d'exception voire totalitaires pour mieux transformer le monde? Mais alors, au service de qui, de quels pouvoirs, de quelle finalité, et avec quelle régulation politique et démocratique?

Devons nous accepter le fatalisme d'un tel chaos global?

Quelle est la capacité de la France à refuser un tel chaos, source de violence et de misère, en premier lieu pour elle, et pour sa propre liberté et celle de chacun de ses concitoyens? Quelle est la capacité pour la France aujourd'hui, pour l'Europe demain, de contribuer à bâtir un monde harmonieux de paix et de coopération, non de guerres et d'oppression?

Quel engagement politique, quelle gouvernance pouvons, devons nous mettre en oeuvre en conséquence pour faire face à ce risque de chaos global? Avec quelle place respective pour la France, l'Europe et la gouvernance mondiale?

Ceux qui pour différentes raisons, attendent, veulent, promeuvent ce chaos global, chercheront d'abord à casser la France, son identité, sa liberté, à délégitimer son action, à anéantir toute puissance publique, qu'elle soit portée par l'Etat ou par toute autre entité publique en France. A considérer que la France seule est désormais en incapacité d'agir. A soutenir une Europe dite moderne ouverte sur le monde, destructrice de la souveraineté des Etats Nations. A y opposer une Europe dite frileuse bâtie sur les Etats Nations. A promouvoir dans le même temps l'émergence de pouvoirs régionaux déstabilisateurs des Etats Nations. Et à promouvoir un altruisme dit rationnel en faveur d'une entité plus large, l'Europe, prémice d'un nouvel ordre mondial fumeux dont les contours et finalités demeurent encore à bâtir.

Le marché seul n'est pas suffisant

Le marché, nécessaire, ne peut pas répondre seul à la demande humaine et à l'exigence de paix et de coopération entre les peuples. Si la liberté d'entreprendre et de commerce est un besoin nécessaire, il n'est pas suffisant. Un marché isolé serait la porte ouverte au développement des trafics inacceptables, drogues, organes humains, esclaves, armes de contrebande,......porteurs d'oppression et de violence sur l'homme et sur la vie.

De plus il est nécessaire de prendre en compte des enjeux de long terme, protection de la planète vis à vis du risque de l'effet de serre, disponibilité des ressources vitales, eau, nourriture, énergie, ...pour en assurer l'accès réparti et harmonieux, dans la paix, aux tous prochains 10 milliards d'habitants de notre planète.

A ce titre, il est légitime d'exiger de la puissance publique en tout lieu une action primordiale, dominante et performante dans les secteurs engageant l'avenir, la défense et la sécurité, l'enseignement et la recherche, la santé, les infrastructures et industries de long terme.

Il faut donc, en premier lieu, et en tout lieu de la Terre, une régulation politique, porteuse de l'intérêt général, et reconnue démocratiquement par chacune et chacun, dans le respect de la liberté individuelle de chacune et de chacun. Cela passe par des Etats forts, respectés, efficaces et acceptés, mais aussi, construits par chacun des peuples, et avec eux.

La France a su progressivement conjuguer et faire respecter liberté individuelle et libertés publiques et collectives

Depuis plus de mille ans, la France s'est progressivement bâtie. Elle a vécu des guerres fratricides pleine d'horreurs avec ses voisins et a connu en interne de terribles guerres de religion. Elle s'est construite progressivement, avec les communes, avec les territoires. Les libertés individuelles ont progressivement été conquises. Abolition de l'esclavage en plusieurs temps, égalité des droits entre l'homme et la femme, laïcité de la France dans le respect de la liberté de pensée et de religion, reconnaissance progressive des droits de l'homme et du citoyen. Dans le même temps, se sont développées des politiques publiques assurant l'accès à l'enseignement pour chacun, la protection sociale, l'indépendance nationale sur le plan stratégique, industriel et technologique.

L'Europe est quant à elle encore jeune. Son contour géographique demeure variable. Les libertés individuelles et publiques sont encore très variables d'un pays à un autre. Son mode de gouvernance ne repose pas encore sur un équilibre dynamique des pouvoirs. Tout est encore à construire. Non en détruisant la France, mais en harmonie avec elle, et en s'appuyant sur une France libre et forte, sur des pays et des puissances publiques fortes.

La reconnaissance de la liberté individuelle est un acquis de longue lutte et qui demeure fragile. Il en est de même pour la liberté publique et collective, porteuse de l'intérêt général, et garante de la liberté individuelle de chacun, celle d'aujourd'hui comme celle de demain.

Il est nécessaire de soutenir des projets politiques incarnant conjointement une politique garante de la liberté individuelle et actrice de la liberté publique et collective. Des projets politiques protecteurs, vis à vis de la liberté individuelle, mais également, développeurs et bâtisseurs, ceux des libertés publiques et collectives.

La liberté individuelle et la liberté publique et collective, c'est un long chemin, difficile, jamais définitivement abouti, concernant le politique et la gouvernance

Les hommes et femmes politiques, acteurs de l'espace public, doivent incarner des valeurs fondamentales et partagées: le respect de la personne et de la dignité humaine, le respect de la vie et de la diversité au sens large, le refus du mensonge et de la corruption, le respect de la parole donnée, la prise en compte des générations futures, la prise en compte du long terme et d'une notion d'intérêt général partagé, le sens de la valeur du temps, de la pensée et de l'action, le sens de l'entre-aide et de la solidarité, le sens de l'efficacité et du service.

Le choix de ces politiques, leur instruction, l'exercice de la responsabilité de leurs actes devant leurs pairs et leurs concitoyens, constituent autant de points clés dans le respect des libertés individuelles et dans le développement des libertés publiques.

Le mode de gouvernance doit quant à lui s'appuyer sur un équilibre renouvelé entre les différents pouvoirs et sur une dynamique d'un projet collectif permettant une expression nouvelle et conjuguée des libertés individuelles et collectives.

Nous sommes en ce début du 21ème siècle dans un contexte de mobilité croissante entre les populations à travers le monde, et de diffusion de plus en plus large de l'information et des technologies. Chaque pouvoir, expert, autorité politique, puissance économique, acteur d'influence ou de médiation, force d'interpellation, doit trouver sa place et sa légitimité, dans la complémentarité des rôles, dans l'égalité en terme de reconnaissance, dans l'efficacité de sa contribution au service d'un intérêt général.

La capacité de partager, faire respecter et faire vivre un projet collectif commun permettant l'exercice plein et entier des libertés individuelles doit pouvoir être le fruit de cette gouvernance.

Cette capacité doit pouvoir traverser les générations, de telle sorte que la liberté individuelle à laquelle chaque citoyen est résolument attaché, puisse pleinement s'exercer, du temps présent au futur le plus éloigné pour lequel notre vie du temps présent a un impact.

La dynamique de l'équilibre des pouvoirs doit pouvoir se révéler par la mise en perspective d'une double progression, celle des libertés individuelles de chacune et chacun, et celle du projet collectif qui conditionne par essence les libertés individuelles de demain.

Une telle gouvernance constitue un élément clé pour assurer l'équilibre dynamique, l'harmonie, entre le respect de la liberté individuelle et la construction des libertés publiques et collectives.

Qu'en conclure pour la France, pour l'Europe, pour la gouvernance mondiale?

Pour la France, il faut continuer à se battre pour faire respecter les libertés individuelles, promouvoir des libertés publiques protectrices et garantes des libertés individuelles et de l'intérêt général, et pour faire évoluer dans l'efficacité collective nos modes de gouvernance.

Pour l'Europe, il faut s'appuyer sur les Etats Nations et non les détruire en valorisant la proximité des nations avec leurs propres peuples, et le libre choix de chacun en faveur d'une union durable. Une France forte doit y jouer un rôle moteur pour y faire reconnaître les libertés individuelles et publiques aujourd'hui obtenues et à partager plus largement, non pour les détruire.

Et il convient d'oeuvrer, tant par la France que l'Europe, à faire émerger et à promouvoir des modes de gouvernance éclairés à travers le monde. De tels modes doivent être conjointement respectueux des libertés individuelles et collectives, et assurer un équilibre dynamique des pouvoirs à l'échelle du monde.

Une telle démarche est la seule à mon sens, raisonnable et réaliste, pour faire émerger des politiques de coopération et de développement dans le respect d'un bien commun partagé que constitue la Terre et son futur, les libertés et la paix.

A l'inverse, détruire les Etats et les puissances publiques, promouvoir la guerre et le chaos global, soutenir la promotion d'un nouvel ordre mondial en faisant fi de toutes les conquêtes acquises par l'homme en matière de libertés individuelles, publiques et collectives, constitue à mon sens une démarche dangereuse, pernicieuse et liberticide à laquelle il convient de s'opposer de manière résolue avec courage et détermination.

 

consulter les autres articles du Blog de Malicorne sur la Syrie

http://guerre-en-syrie-blog-de-malicorne.over-blog.com

Saint Germain-en-Laye, juin 2013

Saint Germain-en-Laye, juin 2013

Commenter cet article

Bernard Maillard 29/08/2015 08:15

Avant d'établir la ou les solutions à cette situation dramatique, il faut remonter aux causes. L'augmentation massive des départs résulte en amont d'une déstabilisation des Etats, à commencer par les plus fragiles, dans un contexte de crise mondiale financière. Il faut stopper la logique de guerre, honteusement soutenue, par exemple par le pouvoir en place aujourd'hui en France avec la rébellion en Syrie. Il faut promouvoir la reconstitution d'Etats laïques, démocratiques, et acteurs localement.
Commentaire mis sur le site du journal Le Monde le 29 aout 2015
http://abonnes.lemonde.fr/europe/reactions/2015/08/28/crise-des-migrants-les-drames-se-succedent-sans-reponse-politique-commune_4739501_3214.html

http://malicorne.over-blog.com/2015/06/non-a-une-politique-de-misere-oui-a-la-paix.html#ob-comment-ob-comment-85708994

Bernard Maillard 28/05/2015 22:58

la non transparence et l'absence totale de démocratie qui entourent la négociation de ce projet de traite, à très forts enjeux sont lamentables. Elles discréditent totalement les dirigeants actuels de la France et de l'Europe. La soumission est inacceptable et on ne peut pas prendre durablement les gens pour des moutons, des niais ou des imbéciles !
commentaire mi sur le site du journal Le Monde le 28 mai 2015
http://abonnes.lemonde.fr/economie/reactions/2015/05/28/traite-transatlantique-feu-vert-partiel-du-parlement-europeen_4642813_3234.html

Bernard Maillard 22/05/2015 21:32

Les dirigeants actuels des Etats Unis, de la France, et tous ceux qui ont fourni des armes aux rebelles en Syrie, en cassant de fait toute initiative démocratique et de paix, portent une très lourde responsabilité dans la déstabilisation du Moyen Orient. Sans concession vis à vis de la violence et des actes terroristes, il faut reprendre une initiative de paix. Et arrêter tout soutien politique et économique aux monarchies et entités diverses qui soutiennent le chaos et le terrorisme.

Commentaire mis sur le site du journal du Monde, le 22 mai 2015 à la suite de l’article

http://abonnes.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/05/22/il-faut-sauver-palmyre_4638788_3218.html

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents