Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Malicorne

Le blog de Malicorne

Journal d'un citoyen français, militant de la vie et de la liberté


rachat de la dette publique de la France

Publié par Bernard Maillard sur 22 Janvier 2015, 07:48am

Catégories : #politique


La Banque centrale européenne devait annoncer, jeudi 22 janvier 2015, un plan de rachat massif de dettes souveraines.

il s'agit de fait de remettre la dette publique à laquelle nous ne sommes plus en capacité de faire face, à un creancier auquel nous serons désormais pieds et mains liés, hors de tout contrôle démocratique.

En clair,ligoter encore plus la France, au bénéfice d'intérêts, autres, complétement en dehors de l'intérêt général et de long terme de la France.

Là, ce n'est plus seulement de la liberté d'expression dont il s'agit, c'est la liberté d'existence de la France elle même qui est en jeu.

commentaire mis sur le site Web du journal Le Monde le 22 janvier 2015

la Manche, décembre 2014

la Manche, décembre 2014

Commenter cet article

Charlie Golfin 08/02/2015 16:05

Quand la France emprunte, vous posez-vous la question de qui détient sa dette? De qui l'achète sur le marché primaire ou de qui la rachète ensuite sur le marché secondaire, sachant qu'elle change souvent de mains...? Si vous le faisiez, vous vous rendriez compte que les investisseurs qui la détiennent sont la plupart du temps "hors de tout contrôle démocratique". Quel problème voyez-vous au juste à ce qu'une partie de cette dette soit détenue par la BCE (dont je rappelle qu'elle est détenue par les Banques Centrales de chaque pays de la zone Euro)? En quoi la liberté de la France est-elle compromise? Tous vos lecteurs qui s'endettent à titre personnel savent bien qu'en empruntant ils ne compromettent pas a priori leur liberté. Par contre ils prennent des engagements qu'il leur convient de respecter au risque de perdre la confiance de leurs créanciers et de voir leur liberté effectivement contre-carrée par les recours légitimes de ces derniers. Vos lecteurs qui épargnent à titre personnel n'attendent rien d'autre de la part de leurs débiteurs, y compris lorsque ce dernier est l'Etat Français qui vit au dessues de ses moyens. Par chance pour lui, l'Etat Français dispose d'une administration et d'une base de contribuables en qui les marchés ont confiance, ce qui permet au Trésor de refinancer sans peine sa dette... et de ne pas avoir à la rembourser! Mais c'est un luxe rare dans ce monde. Les Grecs en savent quelque chose.

Bernard Maillard 08/02/2015 18:50

Bonjour, et en premier lieu merci pour votre contribution. ce que je conteste c'est que par cette intervention de la BCE, nous pourrions avoir l'illusion de pouvoir nous endetter sans limite, alors que plus la dette publique , et plus nous perdons notre souveraineté et notre liberté. Ce que je conteste, ce n'est pas en soi l'emprunt qui peut être utile pour mieux investir dans l'avenir, mais c'est le laxisme public qui conduit à considérer que le budget public peut être infini, en étant financé par la dette publique, ce qui conduit de fait à casser toute capacité d'action publique.

plomberie paris 3eme 01/02/2015 01:05

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

electricien paris 7 30/01/2015 19:04

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

Bernard Maillard 23/01/2015 13:04

commentaire mis sur le site du journal Le Monde le 23 janvier 2015 apres l'annonce du 22 janvier 2015 de la Banque Centrale Européenne de réinjecter encore plus de 1000 Milliards d'euro par le rachat des dettes publiques sur le marché secondaire :

" l'innovation financière est sans limite. Créer de la liquidité à partir des dettes!!! C'est se foutre du monde. Autant la finance est nécessaire pour aider l'économie à être fluide, autant ses excès sont insupportables. Et cette réinjection de liquidités par la création de (fausse) monnaie, sans agir à la source des dettes publiques excessives, ne servira que la spéculation, au détriment de notre propre liberté. Il est vraiment temps de revenir au bon sens et au sens de l'intérêt général ! "

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents