Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Malicorne

Le blog de Malicorne

Journal d'un citoyen français, militant de la vie et de la liberté


Ouvrons nos horizons

Publié par Bernard Maillard sur 8 Février 2015, 14:01pm

Catégories : #sciences

La vitesse de propagation de la lumière et du champ électromagnétique est si grande qu’elle permet d’assurer le synchronisme du réseau électrique interconnecté entre 34 pays d'Europe et le Nord de l’Afrique, à travers une liaison sous marine sous le détroit de Gibraltar.

Si les conditions géopolitiques le permettent, et si l’esprit de sagesse et de paix l’emporte devant la folie destructrice, nous pouvons espérer au cours du vingt et unième siècle voir le prolongement de cette interconnexion tout autour de la Mer méditerranée vers l’Est, au-delà de la Tunisie au Sud, et de la Turquie au Nord, puis au-delà, vers l'Ukraine et la Russie et l'ensemble du Moyen Orient.

La vitesse de propagation de la lumière et des ondes électromagnétiques nous permet ainsi d’être synchrone en énergie électrique à l’échelle d’un continent, et aussi de partager nos connaissances et discuter quasiment en temps réel avec nos parents et amis à l’autre bout de la planète, en Inde ou en Chine, au Brésil, au Canada ou ailleurs.

Pour autant, cette vitesse de propagation de la lumière et des ondes électromagnétiques n’est pas infinie.

René Descartes (1596 – 1650) pensait encore que la vitesse de la lumière était infinie. Il est intéressant de noter que Descartes apportait la démonstration du caractère infini de la vitesse de la lumière par l’absence de différences sur des temps d’éclipses entre la Terre et la Lune que la Terre soit proche ou éloignée de la Lune. En fait, la Lune est très proche de la Terre, l’observation ne permettait pas de révéler une vitesse très grande, et la conclusion qui était affirmée n’était pas correcte.

Pour mettre en évidence le caractère fini de la vitesse de la lumière, Il a fallu d’abord la découverte des satellites de Jupiter par Galilée (1564 – 1642) en Italie, en janvier 1610 (voir le Messager des Etoiles publié par Galilée dès mars 1610), puis les observations des éclipses de ces satellites à l’Observatoire de Paris par l’Italien Jean Dominique Cassini (1625 – 1712 ) puis par le Danois Ole Christensen Römer (1644 – 1710).

Jean Dominique Cassini observa les éclipses des satellites de Jupiter, en différents positionnements respectifs de la Terre, de Jupiter et du soleil (en conjonction ou en opposition). Il mit en évidence des différences entre les mesures calculées et celles mesurées, mais variables en fonction des satellites. Il en déduisit en 1675 une anomalie de trajectoire pour le satellite pour lesquelles les données d’observations étaient les plus solides, sans prendre en considération le caractère fini de la vitesse de la lumière, ni les incertitudes attachées à ses observations.

Il a fallu la reprise des observations et du raisonnement par Ole Christensen Römer pour confirmer en 1676 que la vitesse de la lumière était finie et pour mettre en évidence qu’elle mettait environ une dizaine de minutes pour venir du soleil à la Terre. (communication du 16 aout 1676 à l’Académie des Sciences de Paris).

Il faudra des mesures complémentaires pour affiner le temps et la mesure de la distance Terre soleil en différents points de l’ellipse de la Terre autour du soleil, et la vitesse de la lumière en conséquence, mais un nouveau pas était franchi dans la connaissance.

Aujourd’hui, en 2015, nous considérons que l’univers a un âge somme toute limité, autour de 14 milliards d’années au regard de celui de la Terre, qui serait d’un tiers de celui-ci, et que la vitesse de la lumière de 300 000 km/seconde serait un invariant et une limite pour toute vitesse. Nous sommes par ailleurs incapables de décrire la matière noire ou invisible qui constitue près des trois quarts de l’univers, alors que nous sommes déjà entourés par des dizaines de milliers de galaxies où nous n’envisageons même pas pouvoir un jour y aller !

Nous avons encore tant à découvrir, à faire bouger ces limites par de nouvelles connaissances !.............Place aux observations et à la curiosité scientifique !

http://http://malicorne.over-blog.com/article-nouvelles-pistes-en-physique-a-explorer-98622138.html

http://http://malicorne.over-blog.com/article-reperes-spatio-temporels-ou-de-l-imposture-du-big-bang-108334620.html

Et plus que jamais, science sans conscience n’est que ruine de l’âme ( Rabelais)

éclipses des satellites de Jupiter le 24 janvier 2015, photos du télescope Hubble

éclipses des satellites de Jupiter le 24 janvier 2015, photos du télescope Hubble

Commenter cet article

plombier paris 17/02/2015 09:18

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents