Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Malicorne

Le blog de Malicorne

Journal d'un citoyen français, militant de la vie et de la liberté


Aux urnes, citoyens!

Publié par Bernard Maillard sur 19 Mars 2013, 18:48pm

Catégories : #politique

 

 

Port-de-saitn-Pierre-Penmarc-h-fevrier-2013.jpg

 

                                          Port de Saint Pierre, Penmarc'h, février 2013

 

La coupe est pleine, elle déborde.

 

Il est donc pris la main dans le sac.

 

L'inqualifiable, l'insoutenable, l'inacceptable a eu lieu.

 

La crise financière bat son plein, le chomage et la pauvreté rongent des pans entiers de notre société, nos dettes publiques s'emballent.

 

Et pendant tout ce temps, notre ancien Ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, qui avait en charge de garantir la solidité du budget public de la France, de conduire la lutte contre les fraudes et les évasions fiscales, a été lui même pris la main dans le sac en faisant l'objet d'une information judiciaire ce jour alors qu'il continuait à clamer haut et fort  son innocence. 

 

Les éléments se révèlent peu à peu, fraude, détournement de fonds de la sécurité sociale, non respect des obligations de contribuable, blanchiment, recours à des paradis fiscaux, en Suisse, puis à Singapour, le tout couvert par le mensonge. Il est important que la justice puisse aller dans la sérénité jusqu'au bout de son action pour continuer à établir précisément l'ensemble des faits illégaux et établir la nature précise des responsabilités et des suites à donner.

 

Mais déjà à ce stade, quelle infamie, quelle trahison !

 

Car il s'agit bien d'une triple trahison, vis à vis de  la lutte contre la malhonnêteté, la fraude et la corruption, vis à vis de la France et de l'intérêt général de tous les français. Et également vis à vis de la démocratie et des citoyens qui ont fait confiance à leurs élus.

 

Et Il a fallu plus de trois mois entre les premiers doutes mis sur la place publique début décembre 2012 par un media national, puis repris par d'autres medias, et le moment où la vérité commence, encore très timidement, à se révèler dans sa réalité la plus crue? 

 

Ce temps infini au regard des enjeux en présence et cette absence de courage et de volonté pour faire jaillir la vérité m'interpellent très profondément.

 

Ne voudrait- on pas minimiser les faits après les avoir sciemment cachés?

 

Tout ceci est grave pour la démocratie, car ce temps et cette posture signifient de très lourdes protections accordées par les proches, les courtisans et les opportunistes.

 

Je crains que cela ne soit que le reflet d'une corruption très profonde dans les allées du pouvoir républicain, et aux plus hauts niveaux de la République.

 

Aussi, un tel comportement rejaillit-il sur l'ensemble de l'équipe dirigeante de la France.

 

Dans le bazar ambiant où certains voudraient nous complaire en nous entrainant dans de dangereuses aventures guerrières au mandat incertain, au Mali ou en Syrie, ou dans des réformes sociétales liberticides, cette situation, triple trahison, et protection au plus haut sommet de l'Etat, ébranle lourdement la confiance dans la puissance publique pourtant si indispensable à la vie et à la liberté de la France.

 

Mais je ne céderai pas à la tentation populiste de dire "tous pourris" ou au ras le bol de la démocratie en exprimant que le vote, c'est comme pour une vache d'aller à l'abattoir.

 

La seule issue concevable est désormais, avant qu'il ne soit trop tard, la reprise en main par le peuple français lui même de son destin, car je garde confiance dans notre démocratie républicaine.

 

Les parlementaires dans leur ensemble, à commencer par ceux de la majorité, au regard même de cette triple trahison, se doivent désormais de refuser en premier lieu la confiance à un tel gouvernement, y compris après le remaniement de ce jour. 

 

L'Assemblée Nationale doit ensuite être dissoute afin de permettre aux citoyens de retourner aux urnes dans les meilleurs délais, en reprenant l'initiative du calendrier.

 

Mais la corruption, le déni devant la réalité, et l'omerta, n'ont ils pas tant imprégné les allées du Pouvoir que nos dirigeants et nos parlementaires n'aient même plus la force ni le courage de dresser la tête et de retourner avec confiance devant les urnes et le suffrage des citoyens?

 

Qu'il sachent que plus ils tarderont, plus ils mettront en péril la démocratie, et plus dure sera leur propre chute. Le peuple de France ne saura tolérer longtemps la corruption de sa république et de sa démocratie.

 

Le sursaut républicain nécessitera pour réussir une participation des citoyens la plus large possible, mais sans tarder dans les décisions.

 

Que de nouvelles têtes se lèvent, des jeunes et des anciens, des femmes et des hommes, des ouvriers et des entrepreneurs, des fonctionnaires et des salariés.

 

La France ne manque pas de talents. Et en démocratie, personne n'est propriétaire de sa charge, personne n'est irremplaçable.

 

Et que le projet politique soit enfin porté par le sens de l'intérêt général, l'esprit de responsabilité, l'honnêteté et le respect des différences, la confiance et la solidarité, par des actes et non par de seules déclarations, par l'engagement citoyen et républicain et non par des logiques partisanes, des querelles d'égos ou des danses de Cour, par l'être et non le paraitre. 

 

Agissons dans la démocratie en faveur de ce sursaut républicain avant que la rue ne nous entraine dans des issues incertaines et fatales pour la France et pour notre liberté.

 

Si les parlementaires, représentants du peuple, de tous bords politiques, de toutes familles politiques, ne prennent pas dès aujourd'hui cette initiative, c'est la confiance du peuple elle même dans la démocratie représentative qui sera remise en cause.

 

Mais en démocratie, la corruption du corps politique n'est que le reflet de notre propre passivité en tant que citoyens.

 

Alors, citoyens exigeons le retour aux urnes, faisons vivre notre démocratie, exerçons notre devoir d'interpellation, de proposition et d'action, sachons porter avec confiance notre regard sur nous mêmes, sur l'avenir, sur la France.

 

Vivie la République, vive la France!

 

Citoyens, réveillons nous!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Bernard Maillard 22/11/2014 11:34

Jérôme Cahuzac n'avait pas seulement un compte caché en Suisse ouvert en 1992, crédité de 600.000 euros et transféré à Singapour en 1999. Il savait aussi que sa femme en avait ouvert un autre en 1997 à l'île de Man, crédité de 2,5 millions d'euros. C'est avec tous ces secrets qu'il a accepté le poste de ministre du Budget en mai 2012.

source site Sud Ouest le 18 novembre 2014

http://www.sudouest.fr/2014/11/18/cahuzac-admet-l-existence-d-un-compte-bancaire-sur-l-ile-de-man-1740115-647.php

Bernard Maillard 02/04/2013 17:25

M Cahuzac reconnait ce jour détenir depuis 20 ans un compte à l'étranger avec 600 000 euros dessus. La boucle est bouclée. Le Gouvernement qui l'a protégé plusieurs mois n'a plus qu'à démissionner
immédiatement.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents