Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Malicorne

Le blog de Malicorne

Journal d'un citoyen français, militant de la vie et de la liberté


Quelle est la légitimité démocratique de l'appui de la France à la reconquête militaire du Nord Mali?

Publié par Bernard Maillard sur 20 Janvier 2013, 15:22pm

Catégories : #politique

L'avancée ce jour des troupes terrestres de l'armée malienne, appuyée par l'armée française, dans le Nord du Mali, ne respecte pas les étapes préalables inscrites dans la résolution 2085 des Nations Unies, pour permettre le déploiement de forces internationales de soutien au Mali dans le cadre de cette résolution pour reconquérir le Nord Mali. 

Cette résolution souligne en effet, en son article 10, l'impérieuse nécessité, en amont de toute reconquête militaire du Nord Mali, avec un soutien international,  des préalables suivants:

          - la restauration du processus politique permettant la reconstitution de l'Etat malien et l'exercice de sa souveraineté sur l'ensemble de son territoire, et l'engagement de négociations avec toutes les parties impliquées localement dans le conflit dans le Nord Mali et ayant coupé tout lien avec des opérations terroristes 

          - la mise en place de dispositions permettant de faire garantir par les forces armées d'intervention le respect des droits de l'homme et la protection humanitaire des réfugiés qui vont être de plus en plus nombreux avec l'extension potentielle du conflit (déjà 150 000 réfugiés selon l'ONU et 230 000 personnes déplacées dans le conflit du Mali)

          - la mise en oeuvre opérationnelle des forces africaines d'intervention en charge d'assurer le pilotage de l'appui aux forces maliennes. 

Sur ces trois points, aucune visibilité n'est donnée. En particulier, concernant le dernier point, la réunion hier 19 janvier 2013 à Abidjan en Côte d'Ivoire des 15 Etats d'Afrique de l'Ouest au sein de la CEDEAO (ECOWAS) a seulement conduit à un appel au financement vis à vis des pays tiers, sans déboucher sur une mise en place opérationnelle concrète  d'une force de soutien africaine au Mali. 

Après avoir stoppé la dégradation de la situation en aidant l'armée du Mali à arrêter les colonnes de terroristes qui se dirigeaient vers le Sud Mali, pourquoi la France soutient dès ce jour la reconquête par l'armée du Mali du Nord Mali, territoire deux fois plus étendu que la France, sans aucune garantie d'avancée sur aucun de ces trois points? 

Mais qui donc pousse à cette aventure guerrière, à la limite du droit international et où l'expression et les intérêts du Mali et des pays voisins où rejaillit ce conflit, apparaissent de moins en moins visibles et clairs ????

Où en est le débat républicain, en France, pour assurer la légitimité démocratique et républicaine d'une telle aventure, étant entendu que la lutte contre le crime organisé et non organisé,  et contre le terrorisme est par nature légitime, mais pas n'importe comment? 

 

Commenter cet article

Bernard Maillard 03/11/2013 10:30

L'opération militaire au Nord Mali, initiée par la France en janvier, est passée le premier juillet 2013 sous contrôle de l'Onu. La Mission africaine de stabilisation du Mali (MISMA), mise en place en février 2013, a passé le relais à la Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). La MINUSMA devrait être la troisième plus grande opération de maintien de la paix des Nations unies.
Depuis le 11 février dernier, les opérations militaires au Mali étaient menées par quelque 4.000 soldats français et 6.200 militaires de la MISMA, un contingent de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).
Les soldats de la MISMA se transforment désormais en casques bleus de l'Onu, dont la mission devrait compter quelque 12.600 hommes, militaires et policiers et constituer désormais la troisième plus grande mission de maintien de la paix de l'ONU.
L'efficacité du dispositif, sous la gouvernance de l'ONU, pour la consolidation de la paix et du développement, doit demeurer l'objet de toutes les vigilances, avec une pensée particulière pour tous les soldats et journalistes morts sur le théâtre des opérations.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents