Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Malicorne

Le blog de Malicorne

Journal d'un citoyen français, militant de la vie et de la liberté


Un emprunt européen serait aujourd'hui une folie

Publié par bernard maillard sur 29 Avril 2012, 21:48pm

Catégories : #politique

arc-en-ciel.JPG

 

                      Arc en ciel en Puisaye, avril 2012

 

Nous sommes dans l'addiction à la dette. N'allons pas plus loin. 

 

Quelques chiffres (sources Eurostat pour l'Europe):

 

Montants des dettes publiques fin 2011:

 

                 - Allemagne, 2084 milliards d'euros, tête de file  pour le montant des  dettes en Europe

 

                 - Italie, 1892 Millards d'euros, numéro deux

 

                  - France 1673 Milliards d'euros, numéro trois

 

                 - Royaume Uni 1479 millliards d'euros, numéro quatre

 

les autres loin derrière. 

 

 

Ce qui fait par habitant pour ce groupe de tête: 

 

                - en N° 1 l' Italie avec 31221 euros de dette par habitant

 

               - l'Allemagne et la France à quasi égalité, 25700 euros pour la France et 25500 euros pour l'Allemagne

 

- et Royaume Uni,  23740 euros par habitant

 

 

Dans le même temps pour les USA, une dette énorme de plus de 15000 Milliards de dollars, soit de l'ordre de 50000 dollars par habitant, en euro de l'ordre de 38500 euros par habitant. (pour une parité de 1,3 dollars pour un euro)

 

Chaque enfant qui nait aujourd'hui commence par un passif de plusieurs dizaines de milliers d'euros. Ceci est d'autant moins  inacceptable que la dette couvre non seulement des investissements pour l'avenir (recherche, grandes infrastructures, ...) mais également et surtout le budget courant de fonctionnement des affaires publiques. 

 

Ce montant de dette, alors que le niveau de la richesse produite dans nos pays n'a jamais été aussi élevé,  induit de fait une captation de la ressource publique, non pour préparer l'avenir, mais pour affaiblir les Etats. Un tel niveau de dette conduit à la destruction des Etats. 

 

Est-ce volontaire ou involontaire? 

 

Nous sommes entourés de flambeurs. On peut se poser la question de savoir quels sont les vrais gagnants, car il y en a forcemment , légitimes, ou illégitimes. 

 

Aussi, face à ce montant de dettes, sous le prétexte  d'une illusion d'initiative de croissance européenne, financée par un grand emprunt européen, nous aurions tout à perdre à nous laisser entrainer dans de nouveaux emprunts à l'échelle Européenne, par des euros obligations, euro bonds, ou je ne sais quelle invention  d'eurocrates  ou de politiciens irresponsables.

 

L'idée de faire grossir la dette, sans procéder en amont aux réajustement structurels nécessaires, en répartissant le risque sur l'ensemble de l'Europe, en faisant disparaitre tout sens des responsabilités, comme il y a quelques années certains  financiers ont voulu répartir le risque des subprimes pourris américains sur le monde entier en plongeant du coup tout le monde occidental dans la crise, est à proscrire car elle conduit droit à une impasse. 

 

Car de deux choses l'une, soit c'est l'inflation généralisée qui effacera in fine les dettes, soit c'est la révolte de la rue qui prendra le dessus.  Dans les deux cas, les lendemains seront douloureux pour tout le monde avec  une porte grande ouverte pour les extrêmismes de tout poil. 

 

Entre la naïveté, l'incompétence, la corruption , on peut vouloir choisir. 

 

La France a eu plus de mille ans pour se construire. L'Europe politique que nous pouvons avoir raisonnablement pour cible pour éviter les stupides guerres fraticides des siècles précédents, ne se fera pas en un  jour.

 

Elle ne pourra se faire que sur des bases saines. Pas sur des illlusions  et spéculations financières. Ni encore moins dans la dissolution des Etats nationaux qui peuvent encore avoir la capacité de résistance à de telles folies, par le lien démocratique de proximité qui subsiste encore  en leur sein, notamment en France. Mais pour combien de temps encore? cf le vote des extrémistes du premier tour de l'élection présidentielle française. 

 

Heureusement la relative forte participation du premier tour de la présidentielle 2012 française confirme la vivacité de notre république et de notre démocratie. 

 

Le scrutin du 6 mai prochain en France pose de fait la question de savoir si nous acceptons de nous laisser entrainer, par le deficit public non contrôlé, vers un accroissement de notre dette et donc de notre dépendance, ou si nous le refusons. 

 

Ce refus d'une augmentation de notre dépendance ne signifie pas pour autant renoncer à notre démocratie ni à nos valeurs républicaines, la liberté, l'égalité, et la fraternité. 

 

C'est bien pour les protéger et les renforcer qu'il nous faut refuser cet accroissement de dette. 

 

Et commençons par rééquilibrer nos dépenses publiques, sans perdre de vue les fondamentaux de l'Etat et sans opposer les uns aux autres. Nous avons conjointement besoin et d'une fonction publique efficace et performante, et d'entreprises bien portantes, génératrices d'emplois en France et en Europe, et dont le premier patrimoine est constitué des compétences des hommes et des femmes qui y travaillent. 

 

Et qu'on n'aille pas me dire que la cause du chomage, c'est que le travail manque en France. cf nos villes et nos routes à entretenir, nos lignes de chemins de fer et nos ports à développer, nos jeunes à éduquer, nos anciens à accompagner, nos recherches à mener, nos malades à soigner, nos champs à cultiver et nos forêts à exploiter, nos entreprises à promouvoir et à développer, .....

 

Et si la spéculation revient à la charge, osons remettre l'étalon or comme référence de notre monnaie, pour parer à toute dérive spéculative et prédatrice. Mais cela, au risque de me répéter, nous ne nous ne pouvons l'entreprendre, que sur des bases saines et des budgets publics équilibrés, qu'ils soient locaux, régionaux ou nationaux. 

 

II nous faut, et de la rigueur de gestion publique, et d'une vision politique porteuse de l'intérêt général et des enjeux de long terme pour le pays. 

 

Vive le choix démocratique!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents