Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Malicorne

Le blog de Malicorne

Journal d'un citoyen français, militant de la vie et de la liberté


Coronavirus , modes d'action et prévention

Publié par Bernard Maillard sur 10 Juin 2020, 05:23am

Catégories : #politique, #sciences, #Géopolitique

La nature très singulière des symptômes et des conséquences de cette maladie Covid 19, indique la nécessité d'approfondir la compréhension des differents modes d'intrusion et d'action dans l'organisme humain du Coronavirus SARS
- Cov- 2 à l'origine de cette maladie Covid 19.
https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/charente-maritime/la-rochelle/temoignage-j-ai-ressenti-douleurs-extremement-violentes-marie-noelle-medecin-urgentiste-atteinte-du-covid-19-1839066.html

Il conviendra de dégager, en parallèle et au regard de ces différents modes d'action, l'origine des défaillances successives des résistances naturelles aux coronavirus qui ont pu être déjà rencontrés par le passé dans l'organisme humain.

Il conviendra alors, en s'appuyant notamment sur les évolutions déjà constatées dans les coronavirus déjà présents dans l'homme ou chez les chauve-souris- cités à l'origine du SARS Cov 2 - d'établir les facteurs plus ou moins favorables de l'évolution dans le temps voire la mutation de cette double caractérisation dans le virus, capacité multiple d'intrusion et capacité à s'opposer aux différentes résistances naturelles.

Pour dégager des voies enfin pertinentes, pour d'abord renforcer les résistances naturelles de l'organisme humain, puis traiter avec efficacité les conséquences en cas d'intrusion.

Et pour dégager des actions de vigilance et de prévention pour le plus long terme en agisssant cette fois sur les facteurs plus ou moins favorables d'évolution de cette double caractérisation du virus.

Dauphins au lever du jour, 8 juin 2020

Dauphins au lever du jour, 8 juin 2020

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Début avril 2020,  les choses changent. Des mutations de la protéine spike attirent l’attention des virologistes et généticiens..... <br /> <br /> Un autre variant a considérablement attiré l’attention des chercheurs en novembre 2020. Baptisé « cluster 5 » (puis renommé B.1.1.298), ce variant avait été détecté dans des fermes d’élevage de visons au Danemark... <br /> <br /> Tout ne se résume pas à des mutations dans le domaine RBD de la protéine spike quand il s’agit de variants...<br /> <br /> <br /> À ce jour, au moins 5 106 mutations différentes (substitutions) ont été rapportées dans la protéine spike, dont 161 ont un impact sur la reconnaissance du virus par les anticorps. Parmi ces dernières, 21 sont les plus fréquentes.,,,"<br /> <br /> <br /> <br /> https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2021/07/08/covid-19-alpha-beta-gamma-delta-epsilon-lemergence-sans-fin-des-variants/<br /> <br /> <br /> La transparence sur toutes les données disponibles, l'attitude interrogative, la rigueur dans la prise en compte des faits, leur traitement et les conclusions que nous pouvons en tirer, et la prudence dans l humilité s'avèrent à ce stade plus que jamais nécessaires.
Répondre
B
Début avril 2020,  les choses changent. Des mutations de la protéine spike attirent l’attention des virologistes et généticiens. Des chercheurs américains rapportent alors l’apparition croissante de variants porteurs d’une mutation ponctuelle, baptisée D614G dans laquelle la lettre A est remplacée par la lettre G en position 23403 dans la région codant la protéine spike, ce qui entraîne un changement d’acide aminé. En juillet 2020, ce variant SARS-CoV-2 porteur de la mutation D614G était devenu la souche dominante de la pandémie Covid-19, notamment en France et en Europe. Il représentait alors plus de 95 % des souches de SARS-CoV-2 circulant en France et était devenu le lignage dominant en Europe. Ce variant, parti d’Europe, a ensuite gagné les continents nord et sud-américain.<br /> <br /> Un autre variant a considérablement attiré l’attention des chercheurs en novembre 2020. Baptisé « cluster 5 » (puis renommé B.1.1.298), ce variant avait été détecté dans des fermes d’élevage de visons au Danemark. Ce variant est notamment porteur de la délétion H69del/V70del (qui se traduit par la perte de deux acides aminés dans le domaine N-terminal (NTD) de la protéine spike. Ce variant avait été transmis par l’homme à des visons d’élevage, puis avait franchi la barrière d’espèce dans le sens inverse, de l’animal à l’homme. Le passage du SARS-CoV-2 du vison à l’homme a également été rapporté aux Pays-Bas, en Espagne, en Italie, aux États-Unis, en Suède et en Grèce.<br /> <br /> On a assisté depuis novembre 2020 à l’émergence de variants porteurs d’un grand nombre de mutations par rapport aux souches virales antérieurement circulantes. Ces variants plus transmissibles ont été dénommés variants préoccupants ou VOC. Certains variants VOC, définis par une constellation de mutations différentes, ont probablement émergé chez des patients immunodéprimés qui, de ce fait, ont été infectés de façon prolongée, permettant au virus d’évoluer sur le plan génétique au sein de son hôte. Au Brésil, le variant Gamma (P.1) a été associé à des cas de réinfection, autrement dit identifiés chez des individus qui avaient été déjà infectés.<br /> <br /> Tout ne se résume pas à des mutations dans le domaine RBD de la protéine spike quand il s’agit de variants. Des délétions dans le domaine NTD de cette même protéine de surface ont été régulièrement observées qui, comme celles présentes dans le RBD, modifient la capacité du virus à être reconnu par des anticorps. De fait, le domaine NTD est doté d’une plasticité structurale qui permet, en particulier à la faveur de délétions (notamment centrées sur les boucles 147-150, N3 et N5), d’adopter une conformation permettant au virus d’être moins bien reconnu par le système immunitaire (moindre capacité de neutralisation par les anticorps).<br /> <br /> À ce jour, au moins 5 106 mutations différentes (substitutions) ont été rapportées dans la protéine spike, dont 161 ont un impact sur la reconnaissance du virus par les anticorps. Parmi ces dernières, 21 sont les plus fréquentes.,,,"<br /> <br /> https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2021/07/08/covid-19-alpha-beta-gamma-delta-epsilon-lemergence-sans-fin-des-variants/
Répondre
B
L'inserm signale sur son site en juillet 2021: <br /> <br /> Dossier d information sur coronavirus et covid : <br /> <br /> https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/coronavirus-sars-cov-et-mers-cov<br /> <br /> <br /> " SARS-CoV-2 est un virus à ARN enveloppé, dont le génome (30 kilobases) code pour 15 gènes dont 4 correspondant à des protéines de structure : une protéine de surface (protéine Spike ou S), une protéine de membrane (M), une protéine d'enveloppe (E) et une protéine de nucléocapside (N). <br /> <br /> Ce génome présente 79% d’homologie avec le SARS-CoV et 52% d’homologie avec le MERS-CoV. Le coronavirus dont il est le plus proche phylogénétiquement est RaTG13-CoV, un coronavirus qui infecte les chauves-souris (96% d’homologie). "
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents