Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Malicorne

Le blog de Malicorne

Journal d'un citoyen français, militant de la vie et de la liberté


Vigilance citoyenne sur la pharmacovigilance !

Publié par Bernard Maillard sur 16 Octobre 2021, 09:30am

Catégories : #Dignité humaine, #politique

Sommes nous à l'abri  d'une fulgurante fuite en avant dans l'injection de masse d'un produit à très haute toxicité ?

Les très nombreuses alertes actuelles de la pharmacovigilance des vaccins massivement déployés dans la population  exigent la plus grande vigilance citoyenne.

Sans aucunement baisser la garde sur le dangereux  virus de la  covid  et ses différents variants.

Exemples des points d’attention extraits de la pharmacovigilance déployée en France :

Sur la base des derniers rapports réalisés et publiés dans le cadre de l’enquête de pharmacovigilance du vaccin Pfizer‐BioNTech Cominarty et qui concernent l’ensemble des cas d’effets/événements indésirables potentiels déclarés au Réseau Français des Centres de Pharmacovigilance pour la période du 27/12/2020 au 26/08/21 inclus

 

Rapport n° 17 : qui couvre la période du 28 mai 2021 au 1 juillet 2021

Rapport n° 18 qui couvre la période du 2 juillet au 26 aout 2021

Rapports publiés sur le site

https://ansm.sante.fr/dossiers-thematiques/covid-19-suivi-hebdomadaire-des-cas-deffets-indesirables-des-vaccins

 

Volume des vaccins réalisés :

1ère injection, N = 37 693 645  2ème injection,   N= 1 30 706 950  personnes  , et troisième injection : N = 109 505 soit un total de 68 603 875  injections. Les femmes constituent 52 % des personnes vaccinées, et les hommes 48%.

 

Extrait des conclusions  des rapports  :

Le nombre des cas graves signalés , par 62 % par les professionnels de santé :

12 973  cas graves, soit 34 pour 100 000, dont 7985 pour les femmes (62 %) et 4957  pour les hommes (38 % ). Les femmes sont 1,6 fois plus affectées alors qu’elles ne constituent qu’un peu plus de la moitié des personnes vaccinées.

Dont 905  décès, soit 2,3  pour 100 000 personnes vaccinées 

(Pour mémoire, au 18 octobre 2021, le taux de mortalité due au covid, pour 100 000 personnes, est de 221 au US, 218 en Italie, 208 au Royaume Uni, 175 en France, 114 en Allemagne, 80 en Israel, 77 au Canada, 46 au Danemark, 20 en Finlande, 17 en Norvège, 14 au Japon, 6 en Australie, 5 en Corée du Sud, 4 à Taiwan, et 2,8 en Nouvelle Zélande) - sources

//www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/05/05/coronavirus-age-mortalite-departements-pays-suivez-l-evolution-de-l-epidemie-en-cartes-et-graphiques_6038751_4355770.html

 

Le 17ème rapport de suivi de la sécurité du vaccin Comirnaty, confirme globalement les signaux déjà évoqués dans les rapports précédents.  

Péricardites et myocardites ont été confirmées comme des effets indésirables potentiellement liés à la vaccination ; ces deux effets indésirables sont désormais listés dans le RCP du vaccin Comirnaty.   Parmi les autres faits notables, les analyses présentées dans ce rapport, suggèrent deux nouveaux signaux potentiels :

- Polyarthrite rhumatoïde : Le délai court, et encore plus court en D2, la notion de 2 rechallenge positif, sont en faveur d’un rôle potentiel du vaccin dans la survenue de ces poussées, poussées rares mais néanmoins possibles.

- Néphropathies glomérulaires(récidive ou de novo) : Bien que le nombre de cas rapportés en France soit faible, l’existence de cas de réintroduction positive aussi bien dans les données françaises de pharmacovigilance que dans la littérature constitue un signal potentiel. 

 

Conclusions extraites du rapport 18 :

  • Les nouvelles données analysées pour ce rapport, ainsi que les données de notification spontanée internationales confirment l’existence d’une association causale entre le vaccin Comirnaty et la myocardite. Les myocardites font désormais partie intégrante des effets indésirables listé dans le RCP du vaccin Comirnaty. Les données françaises indiquent que les myocardites sont, pour la grande majorité, résolutives et non sévères
  • Les péricardites constituent un signal confirmé au niveau Européen et font désormais partie intégrante des effets indésirables listé dans le RCP du vaccin Comirnaty. Les cas Français plaident aussi en faveur d’un rôle du vaccin dans la survenue de cet effet indésirable. (deux fautes de grammaire dans la conclusion publiée au 16 octobre 2021,,,ce qui interroge sur la relecture elle-même de ce rapport !)
  • il est difficile de déterminer le rôle de la vaccination dans la survenue de troubles menstruels et saignements utérins. Plusieurs éléments méritent d’être analysés de manière plus approfondie.

La vigilance citoyenne est plus que jamais requise.

mis à jour le 18 octobre 2021

Vigilance citoyenne sur la pharmacovigilance !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Mon interrogation porte sur la prise en compte de la conjugaison de deux risques , celui dit de mode commun d'une solution non sûre généralisée  et le risque d'un effet systémique d' ordre humain et organisationnel, dit effet tunnel, conduisant , face à une solution qui ne marche pas ou qui a des effets secondaires redoutables , de s'enfermer dans cette solution et de l'amplifier pour vouloir démontrer, sans se reinterroger collectivement , qu'elle finira par être la meilleure.

Comme si, plutôt que de ralentir lors d'un dépassement en voiture qui ne se passe pas comme prévu, on décide dans une sorte de fuite en avant d'accélérer avec en face des voitures qui arrivent plus vite qu'escompte.

Ou comme si , une personne qui tomberait  du haut de la Tour Montparnasse dirait,  jusqu'au premier étage, " à ce stade tout va bien" en se faisant applaudir à tous les étages.

Dans  la gouvernance publique, un telle conjugaison de risque, du mode commun engageant une grande partie voire l'ensemble  de la population, et d'effet tunnel en s'enfermant collectivement dans une solution non fiable  , a une  probabilité a priori très faible de se réaliser mais avec des conséquences pouvant être majeures et dramatiques pour  la population, l'effet tunnel conduisant à repousser la prise en compte du  risque de mode commun.

Quelles sont les parades à une telle situation redoutée ?

- transparence des données sur lesquelles se fondent la décision publique

- écoute et traitement des signaux faibles et potentiellement précurseurs

- profondeur du débat public et respect des expressions divergentes

- ouverture d' options de "plans B ", en allant chercher et  déployer differentes solutions alternatives  possibles dans la défense en profondeur

-- préservation d'une  approche méthodique, interrogative, rigoureuse et prudente,  basée sur les faits, proportionnée aux enjeux, fondée sur  l'écoute et le dialogue. La  différentiation, dans une approche ouverte, entre ce qui peut  relèver d'une part des causes et, de l'autre,  des conséquences, doit toujours  demeurer au cœur du traitement des problématiques, aussi complexes soient elles.

A noter que l'existence potentielle d'un tel risque conjugué d'effet tunnel et de risque de mode  commun dans la gouvernance publique n'a pas besoin d'une source "complotiste" pour survenir. Une action de malveillance ou de corruption peut en revanche constituer un facteur aggravant  dans une situation d'exposition à un tel risque .

Pourquoi , je m interroge sur ce risque dans le cadre des vaccins anti covid ?

Les effets secondaires des vaccins anticovid  sont loin d'être négligeables et le nombre de cas graves soulignés par milliers en France par l'Ansm ( agence nationale de sécurité du médicament et du produit de sante) est important. Des maladies a priori dites rares sont à ce jour repérées  comme des signaux potentiels. Le volume de qualifications  ne remplaçant pas le temps, la qualification inachevée des vaccins sur l'evaluation des effets à moyen terme impose une vigilance particulière. La qualification  aux variants des virus reste par ailleurs à établir.

De plus, les excès de mortalité, toutes causes confondues, dans la tranche d âge 15 à 64 ans , sont en augmentation significative en Europe , de 2019 à 2020, et surtout et encore,  de 2020 à 2021 ( cf www.euromomo.eu ) , avec un excès de plusieurs milliers de décès  en Europe à partir de mi 2021 pour la tranche d âge 15-44 ans alors qu'en 2021  la vaccination anti covid est désormais très avancée en Europe.  L'excès de mortalité en Europe dans cette tranche d'âge atteint 5000 décès semaine 45.

On ne peut pas en conséquence à ce stade exclure une toxicité potentielle spécifique du vaccin non detectee lors de sa qualification et  conduisant en particulier à accroître de manière significative l'occurrence de maladies dites rares, déjà l'objet de surveillance dans la pharmacovigilance des vaccins anti covid. Ces éléments pourraient être de nature à remettre en cause l'équilibre coût/ bénéfices des vaccins covid actuellement qualifiés en Europe,  notamment pour les populations les plus jeunes.

Dans le contexte de vaccination massive et à répétition à  l'ensemble de la population d'un tel  vaccin innovant , pour éviter ce risque d'effet tunnel conjugué au risque  de mode commun,   il convient en conséquence :

- d'exiger la transparence sur les modalités de décision publique des questions qui relèvent d'abord de santé publique et de lever le voile sur l'origine de la banalisation  effective depuis maintenant deux ans des conseils de défense qui va à l'encontre de cette nécessaire  transparence publique

- d'exiger la transparence sur les conditions techniques, financières et générales des commandes publiques des vaccins

- de maintenir une vigilance citoyenne forte et interpelllante sur les conditions de qualification des vaccins, notamment vis à vis des variants, et  d'exercice de la pharmacovigilance associée

- de maintenir une information large sur toutes les différentes situations  à travers le monde, notamment dans les detections et le repérage des séquences du covid et de ses variants, dans les  traitements précoces du covid, dans les renforcements des systèmes de prévention et de soin adaptés à ces différents variants  et dans le suivi de la profondeur et de la résilience des résistances naturelles vis vis de l'ensemble des maladies possibles

- de préserver une marge et une attention renforcée sur les systèmes de soin et le personnel  soignant

- de préserver un débat public ouvert et serein , respectueux des différentes approches, questions  et opinions , sur ces differents sujets.
Répondre
B
extrait du dernier rapport de l'ANSM, Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé

Suivi des cas d'effets indésirables des vaccins COVID 19 , données du 29 octobre 2021 au 11 novembre 2021

https://ansm.sante.fr/actualites/point-de-situation-sur-la-surveillance-des-vaccins-contre-la-covid-19-periode-du-29-10-2021-au-11-11-2021


A la suite des 100 798 500 Injections réalisées en France au 11 novembre 2021,

111 335 cas d'effets indésirables ont été relevés, dont 24 % de cas graves , soit plus de 26 000 cas graves.

Ces cas graves concernent majoritairement les femmes, de 56 à 74 % selon les vaccins.


Pour le vaccin le plus distribué ( Comirnaty [BioNTech et Pfizer] )


Signaux potentiels ou événements déjà sous surveillance :

● Zona

● Troubles du rythme cardiaque

● Thrombopénie / thrombopénie immunologique / hématomes spontanés

● Déséquilibre diabétique dans des contextes de réactogénicité

 ● Echecs vaccinaux

● Pancréatite aigüe

● Syndrome d’activation des macrophages

● Réactivation à virus Epstein-Barr

● Méningoencéphalite zostérienne

● Aplasie médullaire idiopathique

● Hémophilie acquise

● Polyarthrite rhumatoïde

● Néphropathies glomérulaires

● Troubles menstruels

● Syndrome inflammatoire multisystémique

● Syndrome de Parsonage-Turner (névralgie amyotrophiante)


Signaux confirmés:

 - Hypertension artérielle

 - Myocardite/péricardite


La vigilance citoyenne est plus que jamais de rigueur
Répondre
B
Le dernier rapport de pharmacovigilance de l Ansm confirme la nécessaire attention du suivi à moyen et long terme des vaccins massivement distribués dans la population française  pour lutter contre la covid 19 ( près de 100 millions d'injections depuis début 2021.

Au 14 octobre 2021,

101 843 effets indésirables ont été rapportés depuis le début de la vaccination, dont 25 % de cas graves. Les situations ayant entraîne des décès ne sont pas précisées par l'Ansm dans le rapport de synthèse.

La majorité concerne les femmes ( 74 a 55% pour les femmes et 26 à 45  % pour les hommes selon les vaccins)

https://ansm.sante.fr/dossiers-thematiques/covid-19-suivi-hebdomadaire-des-cas-deffets-indesirables-des-vaccins

La vigilance citoyenne est plus que jamais requise.
Répondre
B
Avec 38 millions de personnes vaccinées en France  avec le vaccin Pfizer‐BioNTech Cominarty la pharmaco vigilance recense en France ( cf rapport numéro 18 de l' Ansm  ) 12 973  cas graves, soit 34 pour 100 000, dont 7985 pour les femmes (62 %) et 4957  pour les hommes (38 % ). Les femmes sont 1,6 fois plus affectées alors qu’elles ne constituent qu’un peu plus de la moitié des personnes vaccinées.

Elle dénombre 905  décès, soit 2,3  pour 100 000 personnes vaccinées en six mois seulement pour la période du 27 décembre 2020 au 26 août 2021.

l’existence d’une association causale entre le vaccin Comirnaty et la myocardite est confirmée. Les péricardites constituent un signal confirmé au niveau Européen et font désormais partie intégrante des effets indésirables listé dans le RCP du vaccin Comirnaty. ( cf rapport 18 precite)

Le silence qui entoure ces données, certes publiques, mais non commentées, dans cet article comme dans d'autres interventions,  interpelle.

Commentaire publié le 21 octobre 2021 à la suite des articles

https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/10/21/l-assemblee-nationale-donne-son-feu-vert-a-la-prolongation-du-passe-sanitaire_6099302_823448.html

Les personnes vaccinées ont-elles plus de risque d'être contaminées que les autres ?
https://www.lefigaro.fr/sciences/les-personnes-vaccinees-ont-elles-plus-de-risque-d-etre-contaminees-que-les-autres-20211020?
Répondre
B
Taux d incidence France des contaminations covid  pour 100 000 habitants:

Minimum de 18,8 le 27 juin 2021

Maximum de la 4 ème vague de 248  le 12 août 2021

Minimum de 43,4 le 8 octobre 2021

Remontée en cours : 5 ème vague qui débute ????

48,5 le 14 octobre  2021

Notamment Bouches du Rhône 111
Paris 85, 3
Deux Sèvres 78,9
Val de Marne et Seine Saint Denis 78,3
VAL D Oise 77,5
Yvelines 73,2

Nouveau mutant ? Baisse de l'effet vaccinal ? Baisse de l'efficacité des mesures barrières ?  Biais du à l'évolution de la population testée induite par le paiement des tests ?

La vigilance citoyenne s'impose plus que jamais



Source; https://geodes.santepubliquefrance.fr/#c=indicator&view=map2
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents