Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Malicorne

Le blog de Malicorne

Journal d'un citoyen français, militant de la vie et de la liberté


Electricité en Europe: le zéro émission de CO2 est possible

Publié par Bernard Maillard sur 16 Décembre 2012, 14:00pm

Catégories : #énergie, #politique, #Economie, #Géopolitique

 

 

 

L’Europe de l’électricité est une réalité. Cette Europe de 34 pays correspond en partie à l’Europe économique et monétaire, mais elle est plus étendue. Elle comprend également la Suisse et l’ensemble des pays de l’ancienne Yougoslavie.

 

Cette Europe électrique est interconnectée avec la Russie, la Biélorussie, l’Ukraine, la Turquie et avec les pays du Maghreb via une liaison sous marine sous le Détroit de Gilbratar entre l’Espagne et le Maroc. Les échanges d’énergie entre les consommateurs et les producteurs d’électricité se réalisent à la vitesse de la lumière à travers l’ensemble du réseau interconnecté.

 

 

 

carte entsoe def

 

Les flèches rouges illustrent la densité des échanges d’énergie entre les pays.Les chiffres indiquent l’énergie physique échangée en GWh (millions de kWh)  en 2011. (source ENTSOE)

 

ENTSOE est l’association des systèmes électriques  des pays européens qui se coordonnent pour assurer à tout moment l’équilibre entre la demande et la fourniture d’électricité, et le transport de l’énergie, entre les zones de production, et les lieux de consommation. Toutes les données indiquées ici sont issues de données publiées sur le net par ENTSOE. (Sources : https://www.entsoe.eu )

 

 

La production d’énergie à l’intérieur de la zone ENTSOE a représenté 3347 TWh (Milliards de kWh)  en 2011, et les échanges de la zone ENTSOE avec les pays tiers ont représenté 41 TWh, ce qui demeure encore marginal, mais est appelé à se développer.

 

En effet, plus la zone est étendue, plus il est possible de disposer de la solidarité entre territoires, de la diversité des modes de production, et de la variété des profils de consommation.  Ainsi, au sein de la zone couverte par ENTSOE, la pointe pour l’Italie et la Grèce, en 2011, se sont situées en juillet, tandis qu’elles se sont situées en hiver pour les autres pays, mais pas aux mêmes jours ni à la même heure.

 

pointes-entsoe-2011.jpg

Répartition en 2011 des pointes de consommation dans l'année

 

 

Pour bénéficier de ces solidarités, il convient cependant de pouvoir disposer des infrastructures de transport d’énergie adaptées et suffisantes. Ce sont elles qui limitent encore les échanges et la solidarité inter-territoires. L’inadaptation actuelle des interconnexions, au regard des profils de consommation et des modes de production peut induire des risques majeurs pour la sûreté du système électrique européen.

 

Ainsi, dans sa publication « Winter Outlook Report 2012/2013  and Summer Review 2012»  ENTSOE souligne les zones de fragilité sur le réseau électrique européen induites par un déséquilibre local entre une  demande excessive,  une capacité locale limitée de production et les possibilités d’échanges par le réseau, ou les situations de fragilité induites par un excés de production intermittente, éolienne ou photovoltaïque,  par rapport à la demande locale et aux possibilités d’échanges. Ce point a déjà fait l’objet de plusieurs alertes d’ENTSOE auprès de la Commssion Européenne (http://malicorne.over-blog.com/article-alerte-sur-le-reseau-electrique-europeen-104072605.html).

 

saturation-interconnexions-entsoe.jpg

 

 

En rouge, saturation des interconnexions lors de surcapacités de production éolienne ou photovoltaïque par rapport à la demande (source ENTSOE)

 

La production d’énergie au sein de la zone ENTSOE est mieux équilibrée et moins polluante en émissions de CO2 que la production mondiale d’électricité où pour mémoire les énergies fossiles émettrices en CO2 fossile représentent plus des deux tiers de la production d’électricité.(http://malicorne.over-blog.com/article-transition-energetique-ne-pas-se-tromper-dans-le-diagnostic-113480486.html)

 

En Europe, grâce aux énergies renouvelables et au nucléaire, la production totale d’électricité 3347 TWh se répartit ainsi : moins de la moitié, 48, 4 % , par les énergies fossiles avec 1619 TWh, l’énergie nucléaire représente la deuxième source de production d’électricité avec 26,5 % et 886 TWh produits, l’hydraulique représente 15,3 % avec 512 TWh, les autres énergies 9,8 %, dont 5 % pour l’éolien 175 TWh et 1,4 % pour le solaire photovoltaïque avec 46 TWh.

 

production-electricite-Europe-2011.jpg

Répartition en TWh des modes de production d’électricité en Europe

 

Cette répartition relativement équilibrée à l’échelle de l’Europe, mais encore très fortement émettrice de CO2, ne se retrouve pas au niveau des pays.

 

Si certains pays comme la Suède, la Suisse, et dans une moindre mesure la France, ont quasiment éliminé les énergies fossiles, d’autres demeurent encore très fortement dépendants des énergies fossiles pour leur production d’électricité. Celles-ci représentent jusqu’à 93 % de la production d’électricité pour la Pologne, 85 % pour les Pays Bas, ou 63 % pour l’Allemagne qui avec une production de 350 TWh demeure encore à ce jour le plus gros producteur d’électricité en Europe avec des énergies fossiles.

 

elect-fossile-europe-2011.jpg

 

A l’inverse, plusieurs pays obtiennent de très bas volume d’électricité produite par l’énergie fossile, et dispose donc d’une électricité à bas ou très bas carbone très faiblement émettrice de CO2 fossile. C’est le cas notamment de la Suisse (3 % de la production avec 2,1 TWh, ) de la  Suède (4 % de la production avec 5,4 TWh) , de la France ( 9,5 % de la production avec 51,5 TWh) et de la Slovaquie avec 23 % et 6,3 TWh produit).

 

 

electricite-bas-carbone-Europe-2011.jpg

 

                              Ces quatre pays à faible ou très faible émission de carbone bénéficient tous de l’énergie nucléaire, comme onze autres pays aujourd’hui en Europe (Allemagne, Belgique, Bulgarie, Espagne, Finlande, Hongrie, Pays Bas, République Tchèque, Roumanie, Royaume Uni, Slovénie).

 

                              L’objectif de Zéro émission de CO2 fossile par la production d’électricité est à portée de l’Europe. Pour cela les politiques énergétiques nationales et locales doivent savoir concilier, les économies d’énergie avec le développement social et économique, le développement de la compétitivité des énergies renouvelables, l’acceptation, la sûreté nucléaire et la compétitivité du nucléaire, et le développement des infrastructures de transport et de régulation de l’énergie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents